Génération.S bourrage des urnes

Le trucage des votes semble vouloir continuer chez les jeunes socialistes et les fausses cartes circulent déjà pour le prochain congrès des 7 et 8 avril.

Martine Aubry, « la mère bourrage » des urnes avait formé Benoît Hamon et des doutes entrainant l’éviction de Manuel Valls ont été évoqués dans notre précédent article :

Contact-VIP : Tricherie aux primaires : une spécialite socialiste ?

Clic => Livre d’Antonin André sur Amazon

⇒ Républicain lorrain.fr 24/01/2017 : Un primaire bourrage d’urnes pour gonfler la participation

Cette fois ci c’est Libération.fr qui titre, le 10 février 2018 :

⇒ Libération.fr du 10/02/2018 Le MJS se dote d’une nouvelle présidente lors d’un congrès contesté

Nous vous en donnant quelques extraits :

<< Le Mouvement des jeunes socialistes a annoncé samedi l’élection de Roxane Lundy à sa présidence, en remplacement de Benjamin Lucas, mais les opérations de vote lors du congrès biennal organisé à Bondy (Seine-Saint-Denis) ont été contestées par des sensibilités concurrentes.

7552848_roxane_1000x6251530857773739134617.jpg
Roxane Lundy, nouvelle Présidente MJS

«Les Jeunes Socialistes viennent d’élire Roxane Lundy présidente du Mouvement. Malgré une tentative d’instrumentalisation visant à mettre fin à leur autonomie, les Jeunes Socialistes sont au combat, prêts à porter la parole des jeunes et être utiles à la famille socialiste et à la gauche», a indiqué le Mouvement dans un communiqué, sans plus de précisions.

L’élection de Mme Lundy, représentante de la sensibilité majoritaire dans le mouvement (Transformer à gauche), était très largement attendue.

Toutefois deux autres sensibilités du MJS, la Fabrique du changement (aubryste) et Agir en Jeunes socialistes (social-démocrate) ont annoncé qu’elles avaient refusé de prendre part au scrutin, dénonçant un «manque de transparence».

Selon Mahaut Bertu, membre du bureau national du MJS et candidate à la présidence au nom de la Fabrique du changement,

m-bertu-5944819821507931872899.jpg
Mahaut Bertu, dénonce manque de transparence

«plus de 150» participants au Congrès, sur les 500 attendus, ont refusé de prendre part au vote, dénonçant une «rupture de confiance»>>

⇒ Huffingtonpost : le mjs a une nouvelle Présidente Roxane Lundy malgré un scrutin controversé

« Nous avons demandé à plusieurs reprises de pouvoir disposer de la liste des membres délégués votants au congrès afin de vérifier si ces derniers étaient bien mandatés par les assemblées générales de vote des fédérations », mais « nous nous sommes vu refuser cette demande », a déploré Mahaut Bertu dans un communiqué co-signé par Pauline Blanc (AJS) et Lorenzo Salvador (Transformer à gauche), tandis que certains évoquaient une « triche » organisée par des « hamonistes ».

« Si une partie des jeunes socialistes souhaite aujourd’hui quitter notre famille politique, nous n’en sommes pas », affirment dans leur communiqué Mahaut Bertu, Pauline Blanc et Lorenzo Salvador. « On pense qu’on a vocation à rester au sein de la famille » socialiste, a précisé Mme Bertu à l’AFP.

Hamonistes ou socialistes?

Ces remous interviennent alors que le président sortant du MJS, Benjamin Lucas, a estimé samedi 10 février dans Le Point que la sensibilité « Transformer à gauche », qu’il créditait de 65% à 75% des voix au congrès, « est sans doute plus radicale que ce qu’est l’orientation majoritaire au Parti socialiste, plus proche de Benoît Hamon ».

« Il y a aujourd’hui des militants des jeunes socialistes qui ne sont plus adhérents du PS et regardent avec beaucoup d’intérêt ce qui se passe chez Benoît Hamon », lui-même ancien président du MJS (1993-95), avait-il ajouté.

NOUS SOMMES JEUNES SOCIALISTES

Nous, jeunes socialistes issu.e.s de tous les territoires et de l’ensemble des courants politiques du Mouvement des Jeunes Socialistes, Agir en Jeunes Socialistes, Erasme, la Fabrique de Changement et Transformer à Gauche, dénonçons l’absence totale de démocratie interne et de transparence durant le congrès de ces 10 et 11 février.

Les irrégularités constatées lors des votes de plusieurs fédérations ont sévèrement entaché la sincérité du scrutin. La direction nationale s’est attachée à l’annulation d’assemblées générales de vote lorsque celles-ci lui étaient politiquement défavorables, allant même jusqu’à invalider les votes des fédérations de son groupe politique qui avaient fait le choix de l’alternance. Cette rigueur sur le règlement intérieur de congrès n’a pour autant pas été appliquée dans des cas plus graves observés dans d’autres fédérations, ce que nous déplorons.

Nous avons par ailleurs demandé à consulter la liste des délégué.e.s votant.e.s au congrès, afin de vérifier son adéquation avec les procès-verbaux des fédérations. Cela nous a été refusé.

Aujourd’hui, nous ne reconnaissons ni l’élection de la Présidente revendiquée, ni les résultats du congrès, dont le corps électoral a été fixé hors statuts des jeunes socialistes.
Depuis ce dimanche 11 février, la direction auto-proclamée s’exprime donc de manière illégitime et c’est pour cette raison que nous avons décidé de ne pas intégrer les instances nationales en refusant notamment d’être membres du bureau national.

C’est une décision grave mais nécessaire car ce congrès nous appelle à un sursaut.
Nous travaillerons dès demain au sein de nos fédérations pour construire le mouvement que nous souhaitons.

Nous voulons un mouvement à la fois autonome et cohérent avec son engagement au cœur de la famille socialiste et affilié avec clarté au Parti socialiste.

Nous voulons un mouvement transparent, tant dans le processus de décision, la présentation de ses finances, que dans ses actions, aux échelons locaux, nationaux et internationaux.
Nous voulons un mouvement porté par une direction collégiale et non par un.e président.e décidant seul.e.

Nous voulons un mouvement collaboratif et décentralisé, où les militant.e.s de tous les territoires seront au cœur de notre action.

Nous sommes aujourd’hui uni.e.s pour faire valoir la démocratie pour les jeunes socialistes et nous avons vocation à œuvrer pour une gauche de gouvernement qui assume sa centralité à gauche et son opposition à Emmanuel Macron.

Nous défendons l’autonomie vis-à-vis du Parti Socialiste, celle qui nous permet d’avoir une liberté d’action et d’organisation. Mais nous refusons celle qui est une défiance et relève de la déloyauté vis-à-vis de nos aînés.

Nous souhaitons réunir tous les jeunes socialistes qui le souhaitent dans un cadre démocratique, transparent, honnête sur sa démarche politique et respectueux de ses militants. Nous appelons les jeunes socialistes qui veulent participer à un mouvement démocratique et transparent à nous rejoindre.

Au regard de cette situation exceptionnelle, nous nous réservons la possibilité de construire, sur des dynamiques locales fortes et toujours au cœur de la famille socialiste, une organisation politique stable et porteuse d’un avenir commun pour les Jeunes Socialistes.
Une page nouvelle s’ouvre dans l’histoire des jeunes socialistes, ainsi que pour la refondation de la gauche. Nous saurons être à la hauteur de cette exigence.

Voici la liste de nos signataires, membres des instances nationales du Mouvement des Jeunes Socialistes jusqu’à aujourd’hui, responsables fédéraux, régionaux et de groupes locaux.
Les animateurs fédéraux et représentants locaux :
voir détail sur communiqué complet ici
Les coordinateurs régionaux et coordinatrices régionales :
voir détail sur communiqué complet ici
L’Équipe nationale :
Yasin Amrouche, Mahaut Bertu, Pauline Blanc, François Blanchard, Désiré Bourdic, Paul
Bouzid, Simon Briaud, Jonathan Bulit, Grégoire Chapuis, Chloé Danillon, Sophie Dernois, Youssouf Feddal, Manon Flamand, Déborah Fort, Sébastien Jehanno, Matthieu Jouvet, Vincent Jurek, Sarah Kerrich, Athenaïs Kouidri, Samir Lassoued, Caroline Le Bert, Charlotte Lemahieu, Charlotte Martinon-Uro, Joao Martins Pereira, Guillaume Menier, Clémence Mounier, Eliott Pavia Ernest, Kevin Pichenet, Lorenzo Salvador, Manuel Soula.

Le Monde.fr 03/03/2018 : Olivier Faure dénonce les pratiques industrielles des fausses cartes dans les bouches du rhone
(congrès du PS les 7 et 8 avril)

Le congrès de ce qui reste du PS aura lieu les 7 et 8 avril avec, déjà, un sacré doutes sur la validité des cartes des votants. Les mauvaises pratiques continuent.
Voir l’article complet ici

Mise à jour du 24 mars 2018 :

IMG_20180326_164611

La main mise sur les jeunes socialistes par Benoît Hamon semble donc confirmée. Reste à voir s’il a encore un avenir.

➡️ lemonde.fr 29/03/2018 : PS les enjeux de l’election d’olivier_Faure

Fédération des Bouches du Rhône : Yannick Ohanessian, le candidat d’Olivier Faure et de Luc Carvounas, s’est finalement retiré dans la nuit de mercredi à jeudi. Par communiqué, il dénonce d’avance « des irrégularités ». « Je refuse de cautionner ce scrutin qui s’apparente plus à une mascarade qu’à un combat à armes égales », a-t-il écrit. L’ex-puissante fédération des Bouches-du-Rhône reviendra donc à Emmanuel Maurel, une belle prise.

Finissons par une dose d’humour :

 

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s