La Révolution Macron en 3 actes

Le lancement du mouvement En Marche par Emmanuel Macron, l’Alliance avec François Bayrou et l’appel de Manuel Valls du 29 mars. 3 dates actes qui vont imposer la Vision Macron. Le libéralisme égalitaire est En Marche avec un gouvernement ni à gauche ni à droite, après l’explosion des vieux partis.

macron 3 actes bayrou

Une vision Macron déjà présente il y a 7 ans lors d’un interview donné à Emile magazine et relaté ici :
http://www.emilemagazine.fr/retro/2017/3/23/il-y-a-7-ans-emmanuel-macron

Macron est avant tout un philosophe égalitaire

Loin d’être un amas d’idées de droite et de gauche, le programme de Macron relève d’un courant de pensée cohérent connu sous le nom de « libéralisme égalitaire ».

On oublie souvent qu’Emmanuel Macron a été philosophe avant d’être fonctionnaire d’État, banquier et ministre. Son travail d’édition philosophique lui a valu, il y a 17 ans, les remerciements de Paul Ricœur dans la préface de La mémoire, l’histoire et l’oubli, un livre particulièrement dense.

http://theconversation.com/quest-ce-que-le-liberalisme-egalitaire-comprendre-la-philosophie-de-macron-76808

Acte 1 : Lancement du mouvement En Marche par Emmanuel Macron
06 avril 2017

Acte 2 : l’Alliance avec François Bayrou +AUDIO
22 février 2017

wp-1490851517847.jpg

Présidentielle française : un sondage du 20/02/2017 place Emmanuel Macron en tête au premier tour

Un sondage Dedicated réalisé par internet auprès de 2066 Français place Emmanuel Macron en tête au premier tour devant Marine Le Pen. Un cas de figure s’il se confirme que le centriste François Bayrou n’est pas candidat.

Et dans ce cas-là, Emmanuel Macron obtiendrait 23% pour 22,6 à Marine Le Pen. En revanche, si François Bayrou se présentait, c’est Marine Le Pen qui serait devant avec 22% pour 21,3 à Emmanuel Macron.
Sondage du premier tour de la présidentielle avec une marge d’erreur de 2,2%.

http://www.rtbf.be/info/monde/europe/detail_presidentielle-francaise-un-sondage-place-emmanuel-macron-en-tete-au-premier-tour?id=9535161

Le leader centriste a rendu publique mercredi 22 février dans une conférence de presse sa décision de ne pas présenter sa candidature à l’Elysée.

François Bayrou a mis un terme au suspense en formulant mercredi une «offre d’alliance» à Emmanuel Macron. Emmanuel Macron, candidat d’En Marche! à la présidentielle, a déclaré mercredi à l’AFP qu’il acceptait. Il y voit «un tournant de la campagne» mais aussi «de la vie politique». «L’alliance proposée par François Bayrou porte sur les valeurs et les idées» et «s’inscrit pleinement dans la démarche de renouvellement et de rassemblement qui, depuis le début, est la nôtre. C’est pourquoi je l’accepte», a souligné l’ancien ministre de l’Économie, qui rencontrera «dès jeudi» le maire de Pau.

Acte 3 : l’appel de Manuel Valls à voter Emmanuel Macron +AUDIO +VIDEO

29 mars 2017 Fichier audio créé via le site web belge suivant
http://www.rtbf.be/info/monde/detail_presidentielle-l-ex-premier-ministre-socialiste-valls-votera-macron?id=9567075

L’ex-Premier ministre français Manuel Valls, finaliste malheureux de la primaire socialiste, votera pour le candidat centriste Emmanuel Macron dès le premier tour à l’élection présidentielle, a-t-il annoncé ce mercredi (29 mars 2017).

« Je voterai pour Emmanuel Macron (…) Je prends mes responsabilités« , « parce que je pense qu’il ne faut prendre aucun risque pour la République« , a-t-il affirmé sur BFMTV, alors que les sondages prédisent un face-à-face entre Emmanuel Macron et la candidate de l’extrême droite Marine Le Pen au second tour de la présidentielle, le 7 mai.

Manuel Valls, Premier ministre de 2014 à 2016 du président François Hollande, a décidé de tourner le dos à son propre camp « face à la crise de la gauche et la marginalisation de notre candidat à la primaire Benoît Hamon » et « face à l’effondrement moral de la candidature de François Fillon« , le candidat de la droite empêtré dans les affaires judiciaires.

Vidéo Bourdin Direct : Manuel Valls va voter pour Emmanuel Macron

Communiqué de la Team Macron à ses équipes : Bonjour à tous, suite à plusieurs questions de votre part sur la déclaration de Valls ce matin […] La démarche entreprise par Emmanuel Macron depuis le 6 avril 2016 est de rassembler l’ensemble des progressistes, au-delà des clivages gauche-droite, c’est-à-dire rassembler les sociaux-démocrates du PS, les centristes du Modem et autres, les libéraux du parti des Républicains + tous les Français se reconnaissant dans les valeurs d’En Marche et qui n’ont jamais été encartés. Le soutien de Valls (pas son ralliement, la nuance est importante), valide le profond renouvellement politique et démocratique entrepris par Emmanuel Macron, tout comme l’ont fait les soutiens de Dominique Perben ou Marie-Anne Montchamps il y a quelques jours. Ne vous laissez donc pas enfermer dans la rhétorique « c’est le PS bis » : En Marche est bien au-delà de ça, les actes donnent en effet raison à Emmanuel Macron. Qui pouvait imaginer que nous serions là où nous sommes il y a seulement quelques mois ? C’est bien ce renouveau et le sérieux du projet que cautionnent les Français.

Pour rappel, les 2 hommes sont très proches politiquement. C’est une très bonne chose pour Emmanuel Macron que les primaires citoyennes aient éliminé Manuel Valls qui aurait été un concurrent plus sérieux  :

2 -1b presidentielles avant primaires

La Révolution Macron : la fin du parti unique ?

Le 08 avril, François Bayrou évoque la possibilité de créer un label Majorité présidentielle pour les législatives, dans l’hypothèse où Emmanuel Macron serait élu Président.

Si Emmanuel Macron, candidat d’En marche ! à la présidentielle, est élu le 7 mai, « il n’y aura pas de parti unique », mais un label « Majorité présidentielle » soutenu par le MoDem pour les législatives, déclare son président François Bayrou dans un entretien à Sud Ouest.

Un grand courant central et réformiste. Interrogé sur l’organisation des législatives dans l’hypothèse d’une victoire d’Emmanuel Macron, le dirigeant centriste assure qu’il n’y aura pas de parti unique, il y aura le pluralisme ». « Un label unique Majorité Présidentielle, quel que soit son nom, garantira aux citoyens que plusieurs sensibilités, notamment En Marche ! et le MoDem, soutiendront le projet présidentiel, et les groupes parlementaires s’organiseront dans le respect du pluralisme », explique François Bayrou. Il estime qu' »il existe en France un grand courant central et réformiste qui exercera les responsabilités en rassemblant plutôt qu’en divisant ».

Regardez l’article complet de sa déclaration à Europe 1 ici :

http://www.europe1.fr/politique/bayrou-si-macron-est-elu-il-ny-aura-pas-de-parti-unique-3288233#xtor=CS1-16

Épilogue

Concernant François Bayrou

L’affaire des assistants parlementaires coute leur place aux 3 ministres du modem récemment nommés.

A leur tour, François Bayrou et Marielle de Sarnez quittent le modem

Allocution de François Bayrou quittant le gouvernement :

Concernant Manuel Valls

Aucun candidat En Marche contre lui

Le secrétaire général de La République en marche Richard Ferrand a annoncé jeudi 11 mai que l’ancien premier ministre ne pourrait pas se présenter sous la bannière du mouvement d’Emmanuel Macron mais qu’il n’aurait pas de candidat investi face à lui. «À ce stade, nous n’investissons pas Manuel Valls mais nous ne lui opposons pas a priori de candidat ou de candidate», a annoncé le député du Finistère, mettant fin au feuilleton humiliant qui dure depuis des jours entre l’ancien chef du gouvernement et les cadres de La République en marche. «Nous considérons qu’un ancien premier ministre – qui de manière tardive a décidé de présenter une candidature – ne répondait pas aux critères: aucun candidat ne peut être investi s’il a exercé plus de trois mandats de parlementaires, la règle est connue depuis le 19 janvier», a-t-il continué à expliquer, non sans malice, alors que l’ex-premier ministre a réalisé justement trois mandats.

Interrogé sur ce cas particulier, Richard Ferrand a indiqué que la commission d’investiture de La République en marche avait pris en compte «la singularité» de la candidature de Manuel Valls. «Il n’y a pas de passe-droit, pas de traitement particulier, mais on prend acte de cette singularité d’un premier ministre qui a été en poste ces dernières années et nous ne cherchons pas à mener querelle à untel ou untel», a-t-il précisé, laissant entendre que le président de la République Emmanuel Macron avait personnellement tranché sur l’investiture ou non de Manuel Valls. «Il fallait calibrer la réponse», a ajouté Ferrand.

http://mobile.francetvinfo.fr/replay-radio/t-as-vu-l-info/t-as-vu-l-info-l-indesirable-manuel-valls_2229997.html#xtor=EPR-2-%5Bnewsletterquotidienne%5D-20170625-%5Blespluspartages/titre1%5D&xtref=acc_dir

http://www.lefigaro.fr/elections/presidentielles/2017/05/11/35003-20170511ARTFIG00258-la-republique-en-marche-n-investit-pas-valls-mais-ne-presentera-pas-de-candidat-face-a-lui.php

http://players.brightcove.net/610043537001/4k4QmRz5g_default/index.html?videoId=5430189529001&autoplay=true

27 juin 2017 : L’ancien Premier ministre claque la porte du PS.
« Une page pour moi se tourne. Je veux siéger au cœur de cette majorité, par cohérence. Une partie de ma vie politique s’achève. Je quitte le Parti socialiste, ou le Parti socialiste me quitte », a annoncé Manuel Valls, mardi 27 juin, sur RTL.

Lisez l’article ⇒ Manuel Valls annonce qu’il quitte le PS

Concernant la majorité au Parlement :

1/ Le bras cassés visionnaires …

2/ Tout le monde a peur de voir un parti unique

3/ La réalité et la configuration finale de la recomposition politique

Les élections législatives des 11 et 18 juin ont provoqué un renouvellement sans précédent de l’Assemblée nationale, notamment avec l’arrivée de 350 députés de La République En marche et de leur alliés du Modem, offrant une large majorité au président Emmanuel Macron.

Sur les 577 députés fraîchement élus, 432 n’étaient pas présents lors de la précédente législature. Entre l’armée de députés LREM issue de la société civile et des personnalités politiques d’envergure nationale comme Marine Le Pen, Manuel Valls ou Jean-Luc Mélenchon, celle-ci ne manque pas d’intérêt. Age, parcours professionnel, étiquette politique.

En savoir plus sur https://www.lesechos.fr/politique-societe/dossiers/030396745012/030396745012-explorez-la-nouvelle-assemblee-nationale-2095993.php#4Gu5b4fz3HFGHmsb.99

La révolution Macron faite !

Une chose ENORME s’est passé dans notre pays
Majorité absolue pour la nouvelle république en marche.
La France va enfin pouvoir avancer avec des hommes de progrès.

Composition_assemblee_nationale_18juin2017

1

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :